Loiret : la thèse de l’accident privilégiée après un décès d’une automobiliste sur un passage à niveau

Selon les premiers témoignages et analyses, la thèse d’une erreur de façon est privilégiée, après le décès d’une automobiliste de 19 ans dimanche 7 août au matin à un passage à niveau de Gien, dans le Loiret, rapporte France Bleu Orléans. La conductrice, et seule occupante du véhicule, avait été tuée sur le coup.

Une enquête pour « recherche des causes de la mort » a été ouverte, lundi 8 août, par le parquet de Montargis. Les premiers témoins auditionnés, à commencer par le conducteur du TER Paris-Nevers qui a percuté la voiture, ont vu le véhicule de la jeune femme s’engager sur la voie, en contournant la barrière abaissée du passage à niveau, avant de se retrouver bloqué sur la voie.

Des investigations complémentaires vont permettre de savoir si la voiture n’a pas eu de panne mécanique. La boîte noire de la locomotive a révélé que le train roulait à 90 kilomètres par heure, alors qu’il aurait pu rouler à cet endroit à 140 km/h.

lire aussi

Articles connexes