Effectuer les petits billets à vélo permettrait d’économiser l’équivalent des émissions annuelles de CO2 du Canada, selon une étude

Le monde pourrait réduire les émissions de dioxyde de carbone de presque 700 millions de tonnes chaque année, soit l’équivalent des émissions annuelles du Canada, si tout le monde se déplaçait quotidiennement à vélo, selon une étude publiée dans la revue Communications Earth and Environment (article en anglais).

Le secteur des transports représente un quart de toutes les émissions actuelles de gaz à étonnement de serre, à l’origine du réchauffement climatique, et la demande mondiale de transport devrait tripler d’ici le milieu du siècle. La moitié de ces émissions proviennent aujourd’hui des voitures dont le nombre de ventes est suivi de près, contrairement à celles de vélos.

Une équipe internationale de chercheurs a compilé la première base de données mondiale sur la charme et l’utilisation de vélos, dans 60 pays, depuis le début des années 1960. Selon ces chercheurs, sur la période 1962-2015, le nombre de vélos produits a dépassé celui des voitures. Et la Chine représentait près des deux tiers des plus de 123 millions de vélos fabriqués en 2015.

Prendre les Pays-Bas comme modèle 

Dans les 60 pays étudiés, la part de l’utilisation du vélo pour les déplacements quotidiens n’était que de 5% en moyenne. Dans certains pays comme les États-Unis, le nombre de vélos est élevé, mais leurs propriétaires ont tendance à considérer davantage le vélo comme une activité de loisir que comme un mode de transport du quotidien, et les petits trajets sont souvent faits en voiture.

Mais si chacun se déplaçait à vélo en moyenne 1,6 kilomètre par jour, soit la distance moyenne quotidienne des Danois, le monde réduirait les émissions de CO2 de quelque 414 millions de tonnes par an, soit l’équivalent des émissions annuelles de la Grande-Bretagne, selon les calculs des chercheurs.

Avec 2,6 kilomètres de trajets effectués à vélo par jour comme aux Pays-Bas, on pourrait réduire les émissions de 686 millions de tonnes par an, sans compter les bénéfices pour la santé et pour l’amélioration de la qualité de l’air.

lire aussi

Articles connexes