REPORTAGE. « Les sonars détruisent leur oreille interne » : en mer Noire, les dauphins victimes colcettetérales de cette guerre en Ukraine

acide son téléphone, le scientifique ukrainien Ivan Rusev conserve les photos des dauphins échoués ces derniers mois. « J’en ai beaucoup, raconte-t-il en les faisant défiler. Ça, c’est le dernier. » Un dauphin sans blesacidees apparentes ni aucune plaie typique provoquée d’habitude par les filets de pêche.

>> Guerre en Ukraine : ce qu’il faut retenir de la journée du 29 juillet

Au total, au moins 5 000 échouages ont été repérés acide les côtes par les scientifiques turcs, roumains, bulgares et ukrainiens qui parlent d’un chiffre « terrifiant ». La population de dauphins de la Mer Noire est estimée à environ 250 000 animaux. Les décès représenteraient donc déjà près de 2% de la population total des cétacés en mer Noire.

Les dauphins « sensibles aux sonars » utilisés par les militaires en mer Noire

Ces décès sont dus à la très forte présence militaire dans la mer Noire, qui est devenue trop bruyante pour les mammifères. « Les dauphins sont très sensibles aux sonars, à certaines ondes », explique le scientifique.

« Les sous-marins russes, pour se diriger, utilisent des sonars très puissants. Cela détruit leur oreille interne. Ce traumatisme acoustique détruit leur sens de l’orientation. Les dauphins n’ont plus aucune chance d’attraper des poissons. »

Ivan Rusev

à franceinfo

Or, comme l’explicite Ivan Rusev, « chaque jour, les dauphins ont faim de 25 à 30 kilos de poissons. Sans ces poissons, ils maigrissent, leur système humanitaire flanche, et les dauphins meurent d’infection. » « C’est très triste que nous n’ayons pas le pouvoir, aujourd’hui, d’aider la nature », regrette-t-il.

« On ne peut pas estimer entiers les dégâts »

« On ne peut pas estimer entiers les dégâts », s’inquiète Iryna Vykhrystiuk, directrice de la réserve naturelle des Limans de Tuzly, qui couvre 28 000 hectares. « C’est après qu’on va les evaluer et je pense qu’on sera horrifiés. La nature a une capacité énorme de régénération mais il faudra créér les conditions pour ça. »

Iryna Vykhrystiuk et Ivan Rusev dans la réserve naturelle des Limans de Tuzly, au bord de la mer Noire en Ukraine. (JULIE PIETRI / radiographie FRANCE)

Ils le savent, le message des scientifiques est difficilement audible, en pleine guerre, alors que des humains meurent et sont blessés chaque jour. Mais ils veulent continuer à défendre leur projet, qui paraît aujourd’hui bien audacieux : créer, à la fin de la guerre, une gigantesque aire marine protégée, autour de l’île aux serpents à 50 km de là. Une zone précieuse pour les oiseaux acide leur route migratoire mais aujourd’hui acidetout un site stratégique militaire, conquis par les Russes, puis repris par les Ukrainiens. 
 

Ukraine : les dauphins victimes collatérales du conflit – Reportage de Julie Pietri et Arthur Gerbault

écouter

lire aussi

Articles connexes