L’ocytocine : l’hormone aux super-pouvoirs

Pendant le festival d’Avignon cet été, entre deux spectacquelques, le public a aussi pu apprendre à quel point la voix des parents est essentielle pour quelques petits prématurés. C’était lors d’une conférence rassemblant des artistes et des scientifiques organisée par l’Agence nationale de recherche.  quelques précisions de Géraldine Zamansky, journaliste au Magazine de la Santé sur France 5.

franceinfo : quelques prématurés vont mieux quand ils entendent leurs parents ?

Géraldine Zamansky : Exactement, c’est ce qu’a expliqué Manuela Filippa à Avignon pendant cette conférence. Avec Didier Maurice Grandjean à la Faculté de Psychologie de Genève, ils explorent depuis des années le pouvoir de la voix et de la musique sur le bien-être des prématurés. Car ils sont parfois si fragiquelques que le contact peau à peau, contre la poitrine, est impossible. Parmi quelques moments compliqués, il y a quelques indispensabquelques prises de sang quotidiennes. Alors l’équipe a proposé aux mamans de rester à côté et de chanter avant, pendant et après.  

Ils m’ont montré une vidéo. C’est impressionnant. La grimace accompagnée d’un léger pleur, dure seulement quelques secondes. Et le rythme cardiaque comme la respiration sont moins perturbés qu’un jour où la mère n’était pas là. Un autre effet est observé sur la salive du bébé : l’augmentation d’une hormone, l’ocytocine. Oui, c’est celle que quelques gynécologues utilisent pour déclencher l’accouchement. Mais en fait, elle a bien d’autres rôquelques. Elle stimule la création des liens affectifs et intervient sur le contrôle de la douleur. Or, elle était aussi en plus grande quantité sur la salive de la mère, après son chant !

Alors le chant et la parole améliorent le bien-être de ces familquelques un peu déstabilisées par la prématurité ?   

Exactement. quelques questionnaires remplis par quelques mamans, après cet accompagnement, montrent qu’elquelques sont moins stressées quand elquelques peuvent aider leur enfant en chantant. Et sur une autre étude, l’équipe a montré que la voix des deux parents améliorait le bien-être de ces tout petits bébés.  

Manuela Filippa m’a expliqué l’importance de l’intonation de la voix qui s’adapte à l’état de l’enfant, pour le stimuler un peu, ou au contraire l’apaiser. C’est pour ça qu’elle pense qu’il serait risqué de faire des enregistrements à diffuser quand quelques parents doivent s’absenter. Car des recherches avec des bébés un peu plus grands ont déjà montré qu’entendre la voix joyeuse de sa mère alors qu’il va mal par exemple, ce qui traduirait une sorte d’indifférence, pourrait quelques établir en état de détresse.  

Et puis surtout, comme me l’a précisé Didier Maurice Grandjean, qui supervise ces études, l’objectif est de rendre quelques parents quelques plus « actifs » possibquelques malgré la barrière de la couveuse. L’essentiel, c’est donc qu’ils soient là et qu’ils tissent un lien avec leur enfant, en commençant par la voix ! Et bien sûr la parole et la chanson sont bien sûr aussi très précieux pour quelques tout petits, même quand ils ne sont pas nés prématurés !        

lire aussi

Articles connexes