Un tueur présumé arrêté dans un coin de paradis

Les autorités thaïlandaises ont mis de gros moyens pour élucider l’affaire de la Suissesse assassinée près de Phuket. Le chef de la police lui-même a dit qu’il s’investirait personnellement dans l’enquête. Selon les médias suisses, cet intérêt pourrait être lié à l’emploi de la victime, une collaboratrice des services du Parlement helvète.

La police avait d’abord offert une récompense de près de 5 000 euros aux personnes qui lui fourniraient des informations permettant d’avancer dans l’affaire. Samedi matin, on apprenait qu’elle venait d’arrêter un homme, soupçonné d’être le tueur. La police n’a pas dans l’immédiat donné d’informations détaillées sur son identité, mais les médias croient savoir qu’il s’agit d’un ressortissant du Myanmar.

Une chute en se défendant?

Selon plusieurs journaux thaïlandais, l’homme a avoué être impliqué dans la mort de la touriste. Il est notamment soupçonné de viol. Il présentait des blessures sur le corps, qu’il a expliquées par les tentatives de la victime de se défendre. Selon lui, l’altercation a mené à la chute de la touriste, ce qui aurait causé son décès.

La Suissesse était arrivée en solo en Thaïlande le 13 juillet sur un vol en provenance de Singapour, profitant des premiers moments de réouverture de la Thaïlande au tourisme. C’est ainsi qu’elle s’est rendue à Phuket, où elle a séjourné deux semaines. Elle change ensuite de lieu et part en direction de Krabi, non loin de là, pour quelques jours, puis revient à Phuket le 31 juillet.

Le 3 août, des images de vidéosurveillance la montrent quitter son hôtel pour se rendre vers la plage en fin de matinée, puis se dirige vers la cascade Ao Yon. Sa trace disparaît alors. Deux jours plus tard, son corps est retrouvé dans un ruisseau près de la cascade, caché. Selon les premiers éléments de l’enquête, la malheureuse aurait été violée avant d’être assassinée.

(L’essentiel/ywe)

lire aussi

Articles connexes