Un rugbyman gravement blessé par des voleurs

L’ancien international australien de rugby et actuel sélectionneur des Tonga, Toutai Kefu, a été grièvement blessé, mais «devrait s’en sortir» selon la police locale, après avoir été attaqué dans la nuit de dimanche à lundi par des cambrioleurs dans sa maison de Brisbane. Quatre personnes ont été transportées à l’hôpital le plus proche après cette attaque qualifiée de «brutale et violente» par la police locale, qui a retrouvé sur place un couteau et une hache.

Deux adolescents ont été interpellés, un troisième est en fuite. «C’est un cambriolage qui a mal tourné», a expliqué la police. Kefu, 47 ans, a dû être opéré de multiples blessures à l’abdomen, son épouse a été grièvement touchée à un bras et ses deux enfants, un garçon de 21 ans, au bras lui aussi, et une fille, ont également été sérieusement blessés.

Sélectionneur des Tonga

Kefu a porté 60 fois le maillot des Wallabies, au poste de numéro 8 (troisième ligne), pendant sept ans d’une carrière internationale débutée en 1997 à Pretoria face aux Springboks, avec en point d’orgue la victoire de l’Australie en finale de la Coupe du monde 1999, contre la France.

Il est sélectionneur des Tonga depuis 2016 et les a dirigées pendant la Coupe du monde 2019 au Japon, avec notamment une défaite très honorable contre la France (23-21) en phase de poules.

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes