Reprise des vols entre Moscou et la mer Rouge

Les premiers avions transportant des touristes en provenance de Russie ont atterri lundi à Hurghada et Charm el-Cheikh dans le sud-est de l’Égypte, près de six ans après l’interdiction des vols entre Moscou et les stations balnéaires égyptiennes à la suite d’un attentat.

Moscou avait décrété une interdiction des vols directs vers l’Égypte après un attentat à la bombe qui avait fait 224 morts en octobre 2015 en visant un charter russe au décollage de Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï (est).

Lundi matin, un avion de la compagnie EgyptAir transportant 300 passagers depuis la capitale russe a atterri à Hurghada, a indiqué sous couvert de l’anonymat un responsable de l’Autorité de l’aviation civile égyptienne. Un second vol a ensuite atterri à l’aéroport de Charm el-Cheikh où les voyageurs russes ont été accueillis par l’ambassadeur de Russie en Égypte et le gouverneur du Sud Sinaï, selon une source aéroportuaire.

Sept vols hebdomadaires directs

Le président du conseil d’administration d’EgyptAir, Amr Aboulenein, a déclaré à l’AFP que la compagnie nationale égyptienne opérerait désormais sept vols hebdomadaires directs entre Moscou et les aéroports d’Hurghada et de Charm el-Cheikh, afin de répondre à «la demande anticipée» de la part des touristes russes.

Selon l’agence russe Tass, une délégation russe a inspecté fin juillet les deux aéroports et plusieurs complexes hôteliers des deux villes afin d’évaluer l’application des mesures de sécurité et des précautions sanitaires sur place. Fin avril, les présidents Abdel-Fattah al-Sissi et Vladimir Poutine avaient convenu lors d’un échange téléphonique de la reprise des liaisons aériennes entre la Russie et les stations balnéaires égyptiennes.

Trois ans plus tôt, la Russie avait annoncé la reprise des vols vers Le Caire mais pas vers le littoral de la mer Rouge, destination pourtant très prisée de ses ressortissants. Le Royaume-Uni, qui avait également suspendu ses liaisons avec la péninsule en 2015, a lui repris les vols vers Charm el-Cheikh fin 2019.

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes