Le Venezuela va enlever six zéros au bolivar

Le Venezuela va enlever, dans un contexte d’hyperinflation, six zéros à sa monnaie, le bolivar, le 1er octobre prochain, a annoncé, jeudi, la Banque centrale du Venezuela (BCV). «À partir du 1er octobre, entrera en vigueur le bolivar digital lors de l’application d’une nouvelle échelle monétaire», indique le communiqué de la BCV, dans un pays où l’économie s’est presque totalement dollarisée ces derniers mois.

En effet, la plupart des transactions se font en dollars, alors que l’inflation a été de plus de 250% entre janvier et mai. L’hyperinflation a atteint 400 000% en 2018.

Deux ménages sur trois sont pauvres

Le pays avait déjà enlevé cinq zéros à sa monnaie en août 2019. Jadis pays pétrolier riche, le Venezuela a vu son PIB chuter de 80% depuis 2013 et 65% des ménages vivent dans la pauvreté.

Caracas va imprimer de nouveaux billets pour accompagner la mesure, alors que ceux-ci ont presque disparu de la circulation dans le pays. La plupart des échanges qui ne se font pas en dollars se font de manière digitale (paiements par carte, virement ou transfert).

«Un fait historique»

«Ce changement d’échelle monétaire, qui s’appuie sur l’approfondissement et le développement de l’économie digitale, constitue un fait historique au moment où le pays entame un redressement économique, après une crise provoquée par l’attaque brutale de notre économie et notre monnaie et le blocus économique criminel et financier», poursuit le texte.

Le gouvernement invoque régulièrement les sanctions internationales imposées depuis 2019, notamment par les États-Unis, pour tenter d’évincer du pouvoir le président Nicolas Maduro, même si la crise dure depuis plus de huit ans.

Jadis acteur majeur du marché pétrolier mondial, le Venezuela, qui a produit jusqu’à 3,3 millions de barils par jour, en est aujourd’hui à un peu plus de 500 000.

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes