L’argent liquide moins utilisé depuis la pandémie

Dès le début de la pandémie, billets de banque et pièces de monnaie ont suscité une certaine inquiétude. Leur circulation favorise-t-elle la transmission du virus? Des interrogations qui ont eu un impact sur les habitudes des clients des banques de détail luxembourgeoises, note l’Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL) dans son enquête annuelle menée, en partenariat avec la CSSF (Commission de surveillance du secteur financier) auprès des banques de détail et banques privées du Grand-Duché.

La banque privée en forme

Si le nombre de banques privées sur la Place reste stable en 2020, environ 55-60, selon l’ABBL, les actifs sous gestion ont augmenté de 10% en un an, à 508 milliards d’euros fin 2020. Et les clients sont de plus en plus riches. Le part de clients de banques privées disposant de moins de 1 millions d’euros tombe à 7%, contre 13% en 2015. Les clients dits «très fortunés», avec plus de 20 millions d’euros, sont eux désormais 58%, contre 54% en 2015. À noter que si 21% de ces actifs viennent du Luxembourg, 15% viennent de pays non Européens.

Il en ressort que «l’argent physique a été généralement évité au profit des paiements par carte et sans contact», note l’ABBL. Ainsi, les retraits aux distributeurs automatiques de billets ont reculé de 25% en 2020 par rapport à 2021. Les retraits en agence se sont eux effondrés de 51%. A contrario, le nombre de transferts d’argent via Internet a augmenté de 6%. Dans l’ensemble, l’utilisation du e-banking a progressé de 7% en général et de 32% chez les professionnels (libéraux, indépendants…) C’est «le prolongement d’une tendance déjà existante» qui a été «accélérée par la pandémie», souligne l’ABBL.

Plus généralement, l’argent sous gestion dans les banques de détail a augmenté de 9,3% en 2020, «ce qui montre que les clients ont continué à emprunter en 2020, principalement pour des projets immobiliers». En tout, les banques de détail géraient 92,4 milliards d’euros en 2020, contre 84,5 milliards en 2019. La somme est principalement répartie sur des comptes épargnes (44%) et des comptes courants (38%). Le nombre de clients a lui légèrement reculé de 1,3%, à 1,211 million de personnes, dont 88% au Luxembourg, 8% dans un des pays voisins et 4% plus loin.

(jw/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes