Jean Asselborn repart pour un tour à vélo

«Partir de Schengen est un symbole, mais la détermination manque pour le sauver», a-t-il confié avant son départ. «Dix États sur 26 continuent à imposer des restrictions aux frontières et entravent la libre circulation», a-t-il souligné. «La liberté de circuler s’évapore continuellement et si la Commission européenne, gardienne des traités, laisse faire, il restera pour nos enfants un Schengen déformé, où la restriction sera le principe et la libre circulation l’exception», a-t-il averti.

Jean Asselborn à travers la France en vélo

Arrivé à Metz à la mi-journée, Jean Asselborn doit rallier Nancy en fin de journée, terme de la première étape de son septième tour de France dont le grand moment sera l’ascension du Mont Ventoux. 1 200 kilomètres en quinze étapes de Schengen à Béziers le long de la Moselle, de la Meurthe, du canal de l’Est, de la Saône et le long du Rhône. «Une évasion cyclo-touristique vers une montagne hors pair et ensuite sur les rivages de la Méditerranée sans emprunter ni voiture, ni train, ni avion, à partir du Luxembourg font, je pense, rêver tous ceux qui ne succombent pas aux mécanismes rodés du quotidien», a-t-il expliqué dans son cahier de route sur son compte Facebook où les messages de soutien se multiplient au fil du récit de son échappée.

Ministre des Affaires étrangères chargé de l’asile et de l’immigration du Grand Duché depuis 2004, l’homme est connu pour son franc-parler et est très populaire au Luxembourg. Socialiste, il pourfend les populismes. Il avait ainsi lancé un « merde alors » furibard à l’Italien Matteo Salvini, alors ministre de l’Intérieur, après un échange assez vif sur l’immigration lors d’une réunion européenne à Vienne en septembre 2018. Et il n’hésite pas à appeler les Hongrois à défaire le Premier ministre Viktor Orban lors des prochaines élections législatives en 2022.

Bonsoir de Steinfort,

C’est reparti. Mon petit tour en France 2021. Cette année le départ n’est ni en Champagne, ni…

Publiée par Jean Asselborn sur Vendredi 30 juillet 2021

(L’essentiel / AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes