Gros bug dans la distribution des QR codes en France

La délivrance de QR codes valant pass sanitaire à la suite d’un test antigénique était perturbée samedi, après une panne géante vendredi après-midi, a-t-on appris auprès de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). «Dans une grande majorité de pharmacies, cela a l’air de coincer ce matin, avec des va-et-vient, cela remarche, puis cela dysfonctionne de nouveau», a indiqué à l’AFP Philippe Denry, vice-président de la FSPF. En revanche «les test PCR ont l’air de pouvoir être saisis au niveau des laboratoires», a-t-il précisé.

Un message le confirme sur le portail SI-DEP sur lequel se connectent les pharmaciens pour entrer les résultats des tests: «Attention: le service Pro Santé Connect permettant de vous connecter à SI-DEP (portail de saisie des tests) via CPS ou e-CPS rencontre actuellement un incident depuis 8h50 ce jour».

«Les gens sont assez énervés»

Le système était tombé en panne vendredi vers 16h, à la veille du week-end du 15 août. Sans doute en cause, «les flux très importants, notamment vendredi après-midi du fait des chassés-croisés des départs en vacances pour les gens qui doivent prendre des trains, des avions ou autres, et du fait des activités liées au week-end», selon M. Denry. La FSPS demande que les attestations délivrées par les pharmacies, sans QR codes, «valent pass sanitaire quelques jours».

Selon le président de la FSPF, Philippe Besset, une «réunion de crise» a été organisée samedi matin au ministère de la Santé, qui n’a pas pu être joint par l’AFP pour commenter ces informations. «Il faut qu’ils aillent vite parce que les gens sont assez énervés au comptoir. Il faut qu’on ait des réponses assez rapidement», a déclaré M. Besset à l’AFP.

Selon M. Denry, environ 300 000 tests journaliers sont réalisés par les pharmaciens «sur les journées chargées». «Les pharmaciens sont sous pression depuis plusieurs mois, cela s’est accentué avec le pass sanitaire», a-t-il souligné, alors que plusieurs pharmacies ont été victimes ces dernières semaines de la vindicte des opposants au pass sanitaire.

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes