Face à la violence des gangs, MSF se retire

L’ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé lundi dans un communiqué s’être définitivement retirée d’un quartier populaire de Port-au-Prince en Haïti, en raison des conflits entre gangs qui ravagent la zone. Si le quartier de Martissant est sous la coupe des gangs depuis plusieurs années, la violence s’y est intensifiée depuis deux mois avec la multiplication des affrontements entre groupes armés pour le contrôle de cette zone de Port-au-Prince, capitale du pays le plus pauvre des Amériques.

Le retrait de MSF succède à celui des policiers qui avaient déjà abandonné le commissariat du quartier face à la violence des gangs, tandis que plusieurs milliers d’habitants ont dû fuir leurs habitations et que banques et entreprises ont été pillées par les groupes armés. Médecins sans frontières avait dans un premier temps suspendu ses activités à Martissant il y a un mois, après avoir été la cible d’une attaque des gangs. «Incapable d’avoir une garantie de sécurité pour son «staff» et ses patients, et voulant attirer l’attention sur la situation insoutenable à Martissant, MSF se voit donc obligée de mettre les clés sous la porte après 15 ans de présence dans la zone», affirme l’ONG dans un communiqué.

300 000 personnes

MSF précise ne pas avoir eu le temps d’enlever ses logos du bâtiment, et décline ainsi «toute responsabilité de ce qui pourrait se passer dans les anciens bâtiments du Centre d’urgence». «Toujours déterminée à continuer d’accompagner la population haïtienne en général et les plus démunis en particulier, MSF poursuit les discussions afin de pouvoir relocaliser son centre d’urgence dans l’aire métropolitaine de Port-au-Prince», poursuit l’organisation qui compte 30 ans de présence continue en Haïti.

«Les activités de MSF à Martissant ciblaient, rien que dans la proximité immédiate du centre, une population d’environ 300’000 personnes. Les soins dispensés concernaient la prise en charge des traumas, des urgences médicales, gynéco-obstétricales», souligne le communiqué. «MSF continue de demander aux acteurs armés en Haïti de respecter la sécurité du personnel de santé, des patients, du matériel et des structures médicales; les véhicules et ambulances doivent aussi pouvoir circuler en toute sécurité», conclut l’ONG.

Le nouveau Premier ministre Ariel Henry qui a pris le pouvoir après l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet, a promis de ramener la paix et la sécurité. Environ deux semaines après son entrée en fonction, la situation sécuritaire demeure précaire dans le pays, gangrené par la violence depuis plusieurs années.

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes