Un premier cas de Covid au village olympique

À une semaine du début des Jeux olympiques de Tokyo, les organisateurs ont annoncé samedi un premier cas de Covid-19, recensé au sein du village olympique, mais se sont voulus rassurants quant à l’efficacité des mesures drastiques employées pour juguler toute transmission du virus. «Il y a une personne au sein du village. C’est le tout premier cas enregistré au sein du village, et qui a été détecté à l’arrivée», a indiqué en conférence de presse Takaya Masa, porte-parole du Comité d’organisation (TOCOG), sans préciser s’il s’agit d’un sportif ou d’un membre de l’encadrement, ni de quelle délégation la personne provient.

Les Jeux olympiques de Tokyo, prévus du 23 juillet au 8 août, ont été reportés d’une année en raison de la pandémie, et de strictes mesures sanitaires ont été mises en place au Japon afin que le rendez-vous planétaire puisse se tenir. «Cette personne a été testée positive au dépistage du Village, nous ne savons pas si elle est vaccinée ou non», a déclaré le directeur général de Tokyo-2020 Toshiro Muto. «Au village, il va y avoir des mesures anti-Covid sévères: les athlètes vont être soumis à un test tous les jours, et si un athlète est testé positif, il sera isolé», a-t-il expliqué, se voulant rassurant.

État d’urgence sanitaire

«Nous sommes assurés que tous les efforts seront accomplis pour assurer la sécurité au Village olympique. Ce qui est important, c’est de réagir immédiatement et de s’assurer que tous les athlètes soient protégés et en sécurité», a-t-il ajouté. À moins d’une semaine de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Tokyo, vendredi, la capitale japonaise n’a pas le coeur à fêter ce compte à rebours, alors que les cas locaux de Covid-19 continuent de grimper et que l’état d’urgence sanitaire a été mis en place lundi dernier et jusqu’au 22 août.

La quasi-totalité des épreuves des JO se dérouleront à huis clos et les dizaines de milliers de participants – des sportifs aux officiels, en passant par les journalistes venant de l’étranger – sont soumis à des restrictions draconiennes en raison des risques sanitaires. «Nous faisons tout ce que nous pouvons pour prévenir tout développement du Covid-19. Si éventuellement nous constatons qu’il y a contamination, nous avons un plan pour y répondre», a de son côté assuré Seiko Hashimoto, la présidente du comité d’organisation.

La population inquiète

«Les sportifs qui viennent au Japon sont probablement très inquiets. C’est la raison pour laquelle nous devons faire preuve d’une totale transparence», a-t-elle promis. «Nous devons nous préparer soigneusement et nous assurer que, tous, nous suivons les procédures», a-t-elle ajouté.

Ces «contre-mesures» ne suffisent pas à rassurer la population au Japon, alors que Tokyo a enregistré près de 1 300 cas supplémentaires de coronavirus quotidiennement ces derniers jours. De récents sondages indiquaient que quelque 80% de la population japonaise était opposée à l’organisation cet été des Jeux olympiques, préférant un nouveau report ou leur annulation pure et simple. Après avoir défendu bec et ongles l’organisation des JO cet été, le Premier ministre Suga a d’ailleurs vu sa popularité s’effondrer, pour tomber à 29% vendredi, un plus bas historique.

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

lire aussi

Articles connexes