L’ITM a réalisé une trentaine de contrôles par jour

«La mission est accomplie concernant le nombre d’inspecteurs du travail déployés sur le terrain», s’est réjoui Dan Kersch (LSAP), ministre du Travail, en présentant lundi le bilan annuel de l’Inspection du travail et des mines (ITM). L’organisation compte désormais 206 collaborateurs, dont 86 inspecteurs du travail, 61 étant en mission sur le terrain. «Il n’y en avait que 19 en 2017», rappelle le ministre pour souligner l’effort déployé, qui «permet de respecter les standards internationaux» de l’Organisation internationale du travail (OIT) et du Bureau international du travail (BIT).

«Il faut continuer sur notre lancée», glisse le ministre, qui veut «des moyens pour combattre la fraude et ceux qui ne respectent pas le code du travail». Marco Boly, directeur de l’ITM, ne dit pas autre chose: «Il faut continuer à recruter, car le monde du travail évolue, des personnes vont partir à la retraite, etc. Le recrutement est un processus qui ne doit jamais s’arrêter».

Crise et télétravail

Le monde du travail a connu une profonde mutation l’an dernier. «La crise a bouleversé nos habitudes, mais les contrôles ont continué, même pendant le confinement», dit-il. Au total, les agents ont procédé à 7 419 contrôles durant l’année, le commerce et la construction étant les deux branches les plus concernées. La majorité des inspections ont porté sur le travail détaché. Celui-ci «a connu une hausse dans une année de pandémie, il devrait augmenter encore plus une fois que l’économie tournera à fond. C’est un défi pour l’ITM», concède Dan Kersch.

Le télétravail est entré dans les habitudes des salariés en 2020 et Marco Boly reconnaît les difficultés nouvelles pour les agents de l’ITM, notamment pour les frontaliers qui restaient à la maison. Le travail à l’étranger «dépasse le cadre de l’ITM, mais nous regardons comment renforcer le cadre légal, avance-t-il. C’est une équation difficile à résoudre au niveau international».

(Joseph Gaulier/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

lire aussi

Articles connexes