Les prix des locations de voitures flambent

La saison des vacances estivales est généralement très tendue pour les loueurs de véhicules, mais celle qui commence semble l’être encore plus. La raison? Un manque de disponibilités dans certaines agences et une hausse des tarifs. En témoigne le prix moyen pour une semaine de location en France estimé à environ 364 euros entre juin et août, contre 277 euros en 2019, le dernier été pré-pandémie, selon le comparateur en ligne Carigami. La semaine se monte à 407 euros en Italie, contre 250 euros en 2019, et en Espagne à 263 euros contre 185 il y a deux ans.

Au Grand-Duché, le même phénomène est constaté depuis «une quinzaine de jours». «Je n’ai jamais connu ça, même avant la pandémie», glisse-t-on du côté du loueur Sixt qui dispose de deux agences au Luxembourg, à Esch-sur-Alzette et à l’aéroport. Les prix, selon les formules, pour juillet et août ont rarement été si élevés. «On oscille entre 30 et 40% supplémentaires, constate le professionnel de chez Sixt. Nous avons beaucoup plus de demandes qu’en 2020, les gens jouent la sécurité, préfèrent la voiture aux contraintes de l’avion. On est très vite à court de véhicules et les prix grimpent».

La demande est forte, l’offre peine à suivre

«Tout le monde a largement réduit ses flottes, explique Europcar. Jusqu’à mi-avril, il y avait un positionnement très négatif sur l’été», souligne la société, qui scrute les chiffres de la vaccination dans chaque pays d’Europe, augures de la reprise du tourisme. Le loueur américain Rent a Car explique aussi le manque de voitures par la pénurie de semiconducteurs, qui freine la production automobile à travers le monde.

Au Luxembourg, certains professionnels font venir des véhicules de l’étranger ou augmentent leurs commandes de véhicules neufs en concession. Concernant les réservations, «les clients ont anticipé, on l’a ressenti, il y a peu de dernière minute», ajoute-t-on chez Sixt.

La demande en véhicules de location, sur la saison d’été, a une particularité au Luxembourg. La possibilité du kilométrage illimité attire de nombreux frontaliers qui louent au Grand-Duché pour partir buller dans le sud de la France, par exemple. De nombreux résidents rejoignent le Portugal par la route aussi, avec un véhicule de location plutôt que leur véhicule personnel. La demande est forte, l’offre peine à suivre, ce pan de l’économie touristique connaît un redémarrage compliqué après des mois de pause liée à la pandémie.

(Sara Lima/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes