le module scientifique russe Nauka s’est amarré à la Station spatiale internationale

Si Nauka est d’abord un module-laboratoire, il fournira également « des volumes supplémentaires pour les postes de travail et le stockage du fret », selon l’agence spatiale russe.

Article rédigé par

Publié le 29/07/2021 21:39

Temps de lecture : 1 min.

C’est la première fois en onze ans qu’un nouveau module russe rejoint le laboratoire orbital. Après un voyage de huit jours dans l’espace et avec quasiment 15 ans de retard sur les plans initiaux, le nouveau module scientifique russe Nauka (« science » en russe) s’est amarré jeudi 29 juillet à la Station spatiale internationale (ISS). 

Contact and capture, docking confirmed. At 9:29am ET, the @Roscosmos Nauka science module arrived at the Earth-facing side of the @Space_Station’s Russian segment: pic.twitter.com/svwaYm5UGS

— NASA (@NASA) July 29, 2021

Son arrivée a été suivie d’un problème provisoire de propulseurs : quelques heures après l’amarrage, les cosmonautes ont signalé l’allumage inattendu des moteurs de Nauka, les obligeant à allumer ceux du segment russe de l’ISS pour compenser le mouvement produit sur le laboratoire orbital. « Les propulseurs ont commencé à fonctionner (…) de manière inattendue et par inadvertance, déplaçant la station de 45 degrés hors de sa position. Les opérations de redressement l’ont replacée dans sa position [initiale] et l’équipage n’est pas en danger », a expliqué la Nasa sur Twitter (lien en anglais). 

« Nouveau module, nouvelles perspectives pour la cosmonautique russe », a salué sur Twitter le cosmonaute Ivan Vagner. D’un poids total de 20 tonnes pour un volume intérieur de 70 m3 – ce qui en fait l’un des plus gros de l’ISS –, ce module remplace le module Pirs, bien moins grand, qui s’est détaché lundi de l’ISS avant de se consumer en rentrant dans l’atmosphère terrestre au-dessus de l’océan Pacifique. 

Si Nauka est d’abord un module-laboratoire, il fournira également « des volumes supplémentaires pour les postes de travail et le stockage du fret, des emplacements pour les équipements de régénération de l’eau et de l’oxygène », selon Roscosmos. Il a également emporté avec lui un des équipements de l’agence spatiale européenne (ESA), le bras robotisé ERA, qui sera installé à l’extérieur du module. Capable de se « déplacer » le long du segment russe de l’ISS, il pourra porter jusqu’à huit tonnes de matériel et aidera notamment les spationautes pendant leurs sorties extra-véhiculaires.

Partager sur Twitter

Partager sur Facebook

Partager par mail

Partager le lien

lire aussi

Articles connexes