La junte annule les résultats des élections

La junte birmane a annulé lundi les résultats des élections de 2020 qui avaient vu la victoire du parti d’Aung San Suu Kyi, affirmant que ce scrutin n’était pas «libre et juste», six mois après avoir renversé le gouvernement de la Prix Nobel de la paix. La commission électorale a affirmé que plus de 11 millions de cas de fraude avaient été détectés dans ces élections lors desquelles la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) d’Aung San Suu Kyi avait battu l’opposition favorable aux militaires.

La NLD «a tenté de prendre le pouvoir au détriment des autres partis et candidats en se servant abusivement des restrictions liées au Covid», a déclaré le président de la commission électorale, Thein Soe. Cela «n’a pas été libre et juste, c’est pourquoi le résultat des élections de 2020 est annulé», a-t-il ajouté. Il n’a pas indiqué quand de nouvelles élections seraient organisées dans le pays de 54 millions d’habitants. La junte avait précédemment affirmé qu’elle tiendrait de nouvelles élections dans les deux ans, mais elle a aussi menacé de dissoudre la NLD.

Plus de 900 morts dans la répression des manifestations

Aung San Suu Kyi est incarcérée depuis le coup d’État et fait face à un éventail d’accusations allant de l’infraction aux restrictions sanitaires à l’importation illégale de talkies-walkies, qui pourraient lui valoir plus de 10 ans de prison. La Birmanie vit dans le chaos depuis le coup d’État, et selon une ONG locale plus de 900 personnes ont perdu la vie dans la répression.

Un regain d’épidémie de Covid-19 a également fait des ravages dans le pays, alors que des médecins pro-démocratie ont déserté les hôpitaux.L’économie birmane devrait chuter de 18% en 2021, a indiqué la Banque mondiale lundi, en raison des troubles qui ont suivi le coup d’État et d’une troisième vague de Covid-19.

La NLD avait vu sa popularité augmenter lors des élections de 2020 par rapport à celles de 2015. Dans un rapport sur les élections de 2020, l’ONG Réseau asiatique pour des élections libres avait estimé que celles-ci avaient été «dans l’ensemble représentatives de la volonté populaire».

(L’essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes