La fille de 7 ans d’un pompier retrouvée morte

Deux nouveaux corps ont été découverts dans les décombres de l’immeuble effondré en Floride, dont la fille d’un pompier de Miami, portant le bilan à 20 morts, avec 128 personnes manquant toujours à l’appel, ont annoncé vendredi les autorités. «Nous avons découvert deux nouvelles victimes hier soir. Une de ces victimes était hélas la fille, âgée de 7 ans, d’un pompier de la ville de Miami», a expliqué vendredi la maire du comté de Miami-Dade, Daniella Levine Cava, lors d’une conférence de presse.

«Toutes les nuits (depuis l’effondrement) ont été immensément difficiles pour tout le monde (…) mais la nuit dernière a été particulière. Cela a été vraiment différent et plus difficile pour nos secouristes», a décrit la maire au lendemain d’une émouvante visite du président Joe Biden, qui a passé plusieurs heures avec des secouristes et des familles. Le nombre de personnes manquantes est par ailleurs passé de 140 à 128, a annoncé Daniella Levine Cava, et 188 résidents de l’immeuble ont désormais été retrouvés en sécurité par les enquêteurs.

L’ouragan Elsa pourrait entraver les recherches des secours

Les recherches de survivants, de plus en plus désespérées, avaient été interrompues plusieurs heures jeudi, les autorités craignant que les pans encore debout de l’immeuble ne s’effondrent à leur tour, avant de reprendre en fin d’après-midi. La majeure partie de l’édifice de 12 étages, baptisé Champlain Towers South, s’est écroulée le 24 juin vers 1h20 du matin dans un nuage de poussière, l’une des plus graves catastrophes urbaines de l’histoire des États-Unis.

L’ouragan Elsa, actuellement au-dessus de l’île de la Barbade et qui pourrait éventuellement gêner les recherches, devrait s’approcher «de la Floride entre lundi et mardi», a indiqué Robert Molleda, des services météorologiques américains, lors de la même conférence de presse.

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes