Italiens et Belges ont vibré «à fond» à Merl

Comme depuis le début de la compétition, le Bar national à Merl était plein comme un œuf, vendredi, pour le quart de finale entre la Belgique et l’Italie. À vue d’œil, les maillots de l’Italie semblaient plus nombreux, une tendance qui s’est confirmée au fil des vagues italiennes récompensées par le but de Nicolo Barella (1-0).

«On a commencé à venir ici pour le deuxième match de poule, depuis on revient à chaque fois», s’enthousiasme Flavio, un italien originaire de Milan qui vit au Luxembourg depuis deux ans. Maillot de Gattuso sur les épaules, le doctorant de 26 ans a exulté sur le but superbe d’Insigne (44e, 2-0), un peu moins sur le penalty transformé par Romelu Lukaku quelques minutes plus tard (2-1). «C’est une faute bête, c’est dommage…»

«Je vois bien le vainqueur de ce match remporter l’Euro»

À quelques tables de là, ce penalty a maintenu l’espoir chez Stan, un Belge de 25 ans qui vit au Luxembourg depuis ses 6 ans. «Je vois bien le vainqueur de ce match remporter l’Euro», analyse le Belge qui envisageait encore à ce moment de la soirée d’aller voir la finale à Bruxelles. Assis juste devant lui, son pote anglais se retourne pour prêcher pour sa paroisse: «Le football rentre à la maison cette année».

Les minutes s’égrainent. Le sauvetage de Leonardo Spinazzola (61e) est fêté comme un but. La tension est à son comble en fin de match… Au premier rang, Daniela, une fan de la Squadra, est presque émue aux larmes. «Je vis toujours les matchs à fond», explique cette Italienne originaire de Rome. À l’autre bout de sa table, son ami belge Lionel veut sauver la face: «c’est une victoire morale de la Belgique». Avant de jouer les beaux perdants: «C’est un moment de partage, on était tous ensemble, l’Italie a gagné et je suis hyper content pour eux».

(L’essentiel/Nicolas Grellier)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes