«Esch c’est la mini-Italie, c’est de la folie»

Ils sont des centaines. Venus de tout le Grand-Duché et même d’ailleurs. Assis, debout, dans la rue des Boers, coincée entre deux bars référence des fans de foot et d’Italie à Esch-sur-Alzette, le San Siro et le Café Italia. «C’est de la folie. Ici c’est la mini-Italie», lance Thimoté. Tous ont les yeux rivés vers l’écran «pas si géant» fixé sur un triporteur floqué d’un drapeau italien. «À chaque fois qu’on vient ici c’est le feu. C’est comme une réunion de famille. Tout le monde est uni et joyeux. Ça nous rapproche un peu», explique Luca de Longwy.

«Cette équipe a vraiment envie de gagner. De Differdange, Dudelange, Luxembourg même de France elle nous réunit», se réjouit Philippe, qui vit près de Dudelange. «Les gens viennent même de loin avec un seul espoir revoir la Squadra Azzurra au plus haut», souligne Pierre d’Audun-le-Tiche. À l’heure de jeu sous les «Italia Italia», la foule a explosé sur le but de Chiesa. «C’est une super ambiance» s’exclament les Eschoises Daniela et Melissa. On est la seule nation qui ne rabaisse personne. Que le meilleur gagne! Et les meilleurs, c’est nous!»

Pétards, fumigènes, l’euphorie en a pris un sacré coup à dix minutes du terme, lorsque Morata a égalisé pour l’Espagne, dans un silence de cathédrale. En prolongation, la tension était palpable. Le score n’a pas évolué. Lors de la séance de tirs aux buts, Donnarruma a réalisé des miracles et a envoyé tout un peuple en finale. Un soirée hors du temps à Esch. Le concert de klaxons pouvait commencer et les tifosi s’offraient un tour d’honneur au coeur de la ville. Drapeaux, fumigènes, assis aux fenêtres des voitures, Esch était en liesse. «C’est une atmosphère qu’on avait plus vécu depuis longtemps. Cela fait vraiment du bien. Les personnes qui étaient là en 2006 sont toujours présentes aujourd’hui, quinze ans plus tard. C’est génial. Tout Luxembourg, même les frontaliers en France sont venus fêter ici. C’est plein», exultait Federico, résident d’Esch. «Il reste une grande étape. Les finales sont là pour être gagnées. Et nous les Italiens normalement on est bien en finale».

(Nicolas Martin/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes