Cahen critiquée après avoir bloqué des opposants

Une semaine après avoir essuyé un appel à la démission de la part de tous les partis d’opposition suite au rapport Waringo sur la gestion de la crise dans les établissements pour personnes âgées, Corinne Cahen, ministre de la Famille, se trouve de nouveau sous le feu des critiques. En cause cette fois, sa décision de bloquer des élus d’opposition, ainsi que des journalistes sur Twitter.

«C’est puéril. Cela montre son non-respect vis-à-vis des élus», lance Sven Clement, bloqué par la ministre, tout comme son collègue Pirate Marc Goergen. «Je trouve particulièrement problématique qu’elle bloque des élus et journalistes censés la contrôler, sur un canal qui lui sert à faire des annonces», poursuit le député, actif sur le réseau social. «Comment est-on supposé obtenir les informations utiles?», se demande celui qui suppose que la ministre a ainsi réagi après la motion de l’opposition demandant sa démission.

«Une affaire personnelle»

Les élus n’avaient pas apprécié que Corinne Cahen ne réponde pas aux critiques, préférant «s’enfuir de la Chambre», comme le dit Michel Wolter. L’élu CSV estime que le geste de Corinne Cahen «confirme l’impression que le pays entier a eue la semaine dernière: elle ne prend pas ses responsabilités, elle croit qu’elle a toujours raison et elle n’est pas la bonne personne pour gérer les défis à venir». Il estime qu’elle se trouve désormais «esseulée politiquement».

Interrogée par L’essentiel, Corinne Cahen n’a pas répondu. La majorité semble gênée, certains élus interrogés semblant découvrir l’affaire. «Je ne connais pas les raisons qui ont poussé la ministre à faire cela», répond Carole Hartmann, députée DP et qui avoue n’utiliser que très peu Twitter. Gilles Baum, président de la fraction, préfère évoquer «une affaire personnelle qui n’a pas lieu d’être commentée, à ranger dans la catégorie des faits divers». Celui qui reconnaît ne pas être un adepte de Twitter ne veut pas donner trop de portée à l’affaire. Il estime que les réactions virulentes de l’opposition viennent «des bons sondages pour le gouvernement, puisque les citoyens sont 85% à estimer que la crise a été bien gérée».

Souverän ass wann eng Ministesch en Deputéierte vun der Oppositioun blocked. Fille mech iergendwéi confirméiert ???? pic.twitter.com/UMbfl5dKe3

— Sven Clement (@svnee) July 19, 2021

(Joseph Gaulier/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes