À Paris, ils dénoncent un «coup d’État sanitaire»

Le premier cortège, composé de quelques milliers de personnes, s’est élancé du Palais-Royal, dans le centre de la capitale, avant de traverser la Seine aux cris de «Liberté», «Non à la dictature sanitaire» ou «Macron démission». En tête du cortège, où fleurissaient les drapeaux français, figuraient Florian Philippot, l’ex-numéro 2 du Front national (parti d’extrême droite devenu le Rassemblement national), le chanteur Francis Lalanne ou l’ex-égérie «gilets jaunes» Jacline Mouraud.

Le président Macron a annoncé lundi un train de mesures pour inciter fortement les Français à se vacciner, notamment la généralisation du pass sanitaire et une obligation de vaccination pour les soignants, afin d’essayer d’enrayer la progression du variant Delta. Ces mesures sont approuvées par une large majorité de Français, selon un sondage publié mardi.

Emmanuel Macron souhaite «faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous», le pass sanitaire permettant de vérifier qu’une personne est vaccinée ou non contaminée à l’entrée des cafés, restaurants, centres commerciaux mais aussi dans les avions, les trains et les autocars longue distance.

«Abus de pouvoir»

Avant la manifestation, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (droite, opposition), a tenu une conférence de presse où il a dénoncé un «abus de pouvoir sans précédent» et un «coup d’État sanitaire», après les annonces d’Emmanuel Macron. Avec le pass sanitaire dans la vie quotidienne, c’est selon lui le «début d’un engrenage vers une dictature».

Au même moment, environ 1 500 personnes manifestaient dans les rues du sud de la capitale, au sein d’un cortège disparate, précédé d’un cordon policier. «Nous ne sommes pas du tout des antivaccins. On veut juste que chacun ait la liberté de se faire vacciner ou pas. Les tests PCR peuvent suffire et alors il faut les laisser gratuits», ont lancé Aurélie et Tiphaine, la trentaine, toutes les deux employées dans un centre commercial en région parisienne.

Enfin, quelques dizaines de personnes participaient à un autre rassemblement, non autorisé, place de la République. Des manifestations ont aussi eu lieu dans plusieurs autres villes de France comme Quimper (ouest), Perpignan (sud), Clermont-Ferrand (centre), Dijon (est).

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

lire aussi

Articles connexes