700 millions injectés pour «sauver» Alitalia

L’État italien a formellement approuvé, mercredi, l’injection de 700 millions d’euros de fonds publics dans Italia Trasporto Aereo (ITA), la nouvelle compagnie aérienne publique censée naître des cendres d’Alitalia, en grande difficulté financière. Cette augmentation de capital est une «nouvelle étape importante dans le processus qui permettra à la nouvelle compagnie de prendre son envol le 15 octobre», a déclaré dans un communiqué le président d’ITA, Alfredo Altavilla.

«La prochaine étape sera le début immédiat des négociations avec Alitalia», placée sous tutelle de l’administration publique en 2017, en vue de l’acquisition de sa branche aviation, a-t-il ajouté. Alors que le gouvernement italien avait annoncé le 15 juillet un accord dans ses négociations avec Bruxelles sur le lancement d’ITA, le communiqué évoque, plus prudemment, «l’achèvement du processus d’approbation en cours par la Commission européenne».

Bruxelles n’a pas dit son dernier mot

«Les discussions avec l’UE sur l’ITA se sont conclues de manière positive, car nous avons reçu un feu vert substantiel de la part de la Commission européenne. Mais la décision de l’UE n’a pas encore été formalisée», a clarifié mercredi le sous-secrétaire d’Etat à l’Économie Claudio Durigon. Bruxelles n’a pas dit son dernier mot dans l’affaire, car l’enquête de la Commission sur la conformité du soutien public à Alitalia aux règles de l’UE en matière d’aides d’État se poursuit.

En 2017 et 2019, Alitalia s’était vu accorder par l’État des prêts d’un montant total de 1,3 milliard d’euros qui sont dans le viseur de Bruxelles. Après l’injection initiale de 700 millions d’euros en 2021, l’ITA devrait bénéficier de deux autres augmentations de capital en 2022 et 2023, portant le total à 1,35 milliard d’euros.

(L’essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes