Une étrange sobriété a plané sur la fête nationale

Plutôt lente à l’allumage! Il a clairement fallu attendre que le soleil se couche pour sentir les premiers frémissements dignes d’une fête nationale à Luxembourg-Ville. Ce n’est qu’à partir de 23h, ce mardi 22 juin 2021, vraiment, que les ruelles du centre de la capitale ont commencé à se remplir sérieusement, rappelant une époque pas si lointaine que cela, où la capitale était noire de monde en cette veille de fête nationale.

Les averses de l’après-midi en ont visiblement refroidi plus d’un à débuter les festivités dès 18h. Aux quatre coins de la ville, à ce moment-là, de petits groupes se rassemblaient timidement, encore et toujours marqués par les mesures sanitaires liées à la crise du Covid-19 et un couple de touristes belge de nous confier: «c’est vraiment bizarre, car on ne dirait pas que c’est la fête nationale».

«Au départ, tout le monde se regarde…»

«Il n’y a pas grand monde, pour le moment, car ces derniers mois, on était toujours obligé de se cacher pour faire la fête», nous rappelait encore un jeune homme sur le coup de 19h. «On fait désormais la fête en petits groupes, isolés les uns des autres. Même si les règles sont moins strictes en juin 2021, c’est un peu resté dans notre esprit. Il faudra attendre que le niveau d’alcool monte à un certain niveau pour que les gens se montrent…».

Et un restaurateur bien connu de la capitale de confirmer cet étrange sentiment, vers 21h: «On est content de travailler», reconnaît Lucien Elsen, patron de restaurant Mesa Verde, «mais il y a toujours cette ambiance de peur et d’angoisse. Les masques, les tests rapides, c’est très difficile à gérer et on essaie de faire de notre mieux. Les gens sortent en groupe. Pour la fête de la musique, dimanche, les gens se sont un peu déchaînés, mais au départ, tout le monde regardait autour de soi… Malgré tout, c’est quand même la fête nationale!».

(fl/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

lire aussi

Articles connexes