Tu sais quoi? Je vais te tuer. »

Le témoignage est aussi poignant que choquant, et la révélation de cette histoire traumatisante parfaitement ficelée pour marquer les esprits. Emma Zouggari, étudiante messine originaire de Yutz, a déposé plainte pour violences volontaires sur conjoint, séquestration et menace de mort contre le footballeur franco-béninois Olivier Verdon (Ludogorets), rapporte Le Républicain Lorrain. Les faits se seraient déroulés fin 2020 en Bulgarie, où le joueur formé à Bordeaux évolue.

Sur Instagram, la jeune femme de 21 ans raconte son cauchemar: «Cette nuit de terreur, de peur, de détresse, ces heures d’horreur qui me poursuivront jusqu’à la fin de ma vie. Depuis ce jour, je ne vis plus mais je survis. J’ai voulu aimer, j’en suis sortie meurtrie. J’ai été une miraculée, ma vie aurait dû s’éteindre à cet instant même», explique-t-elle, tout en détaillant ses blessures: «fracture du calcanéum, trois fractures du bassin gauche ischio-pubien, luxation à l’index gauche, trois points de suture à la tête et douze points de suture au pied». Le tout accompagné d’une vidéo explicite de la jeune femme à l’hôpital.

«J’ai eu une chance énorme dans mon malheur»

Un déchaînement de violence d’après Emma Zouggari, résultat d’une relation toxique sur fond de jalousie. Tout avait pourtant parfaitement débuté après que l’ex-joueur de Sochaux a contacté Emma sur Instagram en septembre 2020. Mais la relation s’est très vite détériorée jusqu’à la rupture, suivie de cette fameuse nuit du 14 au 15 novembre. «Il m’a dit? « Tu sais quoi? Je vais te tuer »», confie-t-elle dans une vidéo.

Sept mois plus tard, elle prend la parole «pour faire comprendre ce que beaucoup de femmes vivent»: «Il n’a pas réussi à m’ôter la vie mais il m’a tuée physiquement, psychologiquement, psychiquement, moralement, mentalement. J’ai eu une chance énorme dans mon malheur de survivre. J’ai porté plainte et je décide de médiatiser cette histoire dans un objectif précis», justifie-t-elle.

Déjà arrêté pour violences conjugales

Une finalité qui a tardé en raison de l’emprise d’Olivier Verdon, explique-t-elle. D’après l’article de nos confrères, le club de Ludogorets aurait en effet étouffé les faits et le footballeur aurait fait pression sur Emma pour qu’elle ne porte pas l’affaire en justice. Sollicité, l’international béninois actuellement en sélection a refusé de donner sa version. Le défenseur avait déjà été arrêté pour violences conjugales en août 2019 lorsqu’il évoluait en Espagne, au Deportivo Alavés.

En attendant une avancée sur le plan judiciaire, l’affaire est lancée sur le plan médiatique. L’avocat de la jeune femme, Bertrand Mertz, par ailleurs ancien maire PS de Thionville, s’exprimera sur NRJ12 ce jeudi dans l’émission «Crimes et faits divers».

(th/L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur [email protected] Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

lire aussi

Articles connexes